La Solitude

 

C'est un souffle glacial

Qui enveloppe mon être,

Mordant, diffusant le mal

Dans l'infini d'un peut-être.

 

Un rêve ténu à la flamme vacillante

Dans cette bulle où l'espoir se raréfie.

L'absence d'oxygène  se fait inquiétante

Menaçant d'éteindre la bougie.

 

La monotomie devient le maître mot,

L'indifférence prend un nouveau sens

L'isolement devient le maux.

Souffre, souffre en silence.

 

Et le tic-tac poursuit sa course

Le présent ne souriant pas à l'avenir.

Et le coeur ne trouvant plus de ressource

Lentement dépérit de ne pouvoir se nourrir.

 

 

poème Aurélie