27 juillet 2013

Les doigts

J’sais pas quoi faire de mes dix doigts Ils gigotent aux bouts de mes bras Ils voudraient trouver une utilité Mais on les empêche de bouger.   J’voudrais pouvoir les promener Sur ton corps de déesse Ils sont doués de tendresse Mais tu n’veux pas y goûter.   J’pourrais les faire travailler Ici ou là, en gestes mécaniques Rejoindre les bosseurs du grand cirque Mais personne ne veut m’embaucher.   Je saurais construire une maison Poser mes nuits bien à l’abri Du vent, du soleil et de la pluie Mais bien... [Lire la suite]
Posté par Encre-Blanche à 00:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 juillet 2013

Boulevard sans gloire...

Elle essore ses yeux, la putain du boul’vardDes crachins malheureux qui viennent l’avoir.Elle se cueille mauvaise herbe, pendue au trottoirEt s’arrose dans un lit de fièvre, sans gloire.Dans sa tendre enfance, au monde de poupéesElle s’imaginait rencontrer un prince élégantSur un matelas douillet, elle aurait eu un enfantC’est un hôtel crasseux qui accueille sa réalité.Elle se console de son sort en attendant le client,Ces bougres de chiens qui traînent leur mal.En un tour de passe, dans un dernier râleElle leur offre un dérisoire... [Lire la suite]
Posté par Encre-Blanche à 20:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 juillet 2013

Nouveau monde...

L’Enfer  c’est l’injustice Et tous ses sévices Qui frappent chaque être Par ceux qui se pensent maîtres, Par tous ces traîtres Qui n’ont dans le ventre Que la cupidité. Elle est le centre De leur monde atrophié. Chaque « fait » me révolte A trois mille volts, Je m’électrise devant les infos Je stocke en moi cet amas de maux Malade de voir les dégâts, Non pas la pluie ou le verglas Mais la haine que l’Homme répand Dans le cœur des innocents. Si le temps est à l’orage C’est qu’il a comme moi la rage De... [Lire la suite]
Posté par Encre-Blanche à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
19 avril 2012

Les inquisiteurs

Ils ont réussi, ils ont perquisitionné nos valeursDans nos cages à lapins, la queue bien basseJouant la charité, les promesses du chasseurDans sa besace, nos rêves de lutte des classes.Sous les toits des immeubles, la séparation intellectuelleS’ébroue malveillante comme un tique chassé à la ruelleLes pensées s’évaporent dans un flottement de jurésCrachées, aspirées dans les bouches de l’évacué.La discorde gagne dans les discours gravés du fauxCopiés, reproduits sans indépendance des motsLe graveur de la fortune échauffe ses... [Lire la suite]
Posté par Encre-Blanche à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 avril 2012

Dans la cour des grands

Dans la cour des grands On joue les charades A deviner sûrement Pour ne pas rester en rade.   Dans la cour des grands On compte ses billes En souriant bêtement Quand elles se multiplient.   Dans la cour des grands Les parties de cache-cache Perdent les sentiments Et l’amour se fâche.   Les jeux ne sont jamais Comme chez les petits Innocents et gais Dans la cour des vieillis.   Dans la cour des grands On joue à l’élastique Les doigts sous les vêtements Pour un tour épidermique.   Dans... [Lire la suite]
Posté par Encre-Blanche à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
26 mars 2012

Le Rat Conte Tard

  Un rat conte tardAu crépuscule Des ans, nuitQue le crapeauSe transformeEn prince.Dans la coupoleDes nés nus phares,A la lueur de ce savoirLes f'âmes cherchentUn baiserEt le rat,scélérat, contardFrétille la moustacheEt sort les dentsPrêt à faireDe ce conteUne histoireA lireSous les draps.
Posté par Encre-Blanche à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 février 2012

Sous l'oeil du subjectif...

Dans cette vie bien trop souvent Nous ne sommes qu'une image Jugée au premier regard des gens Inconscients d'un beau ravage.   On dit, on chante, on claironne Qu'il en faut pour tous les goûts. Face à face au miroir on dégomme Les critiques des yeux  qui disent tout.   Le glacis des pages des magasines Me glace de leurs grains trop lisses D'une beauté arché-typée qui mime La froideur de corps sans cuisses.   On est tous acteur du flash éblouissant, Lumière trop crue pointe les déformations De ces... [Lire la suite]
Posté par Encre-Blanche à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,